Coucou les oursons :)

Comme vous le savez surement le Cold Winter Challenge que Margaud organise approche à grand pas et une fois de plus j'ai décidé d'y participer.
Ce n'est un secret pour personne je suis une fille des saisons froides je n'aime que l'automne et l'hiver. Du coup évidement que quand un challenge assemble hiver, noël et lecture j'y participe ! Cette année Margaud a encore décidé d'instaurer la règle des menus, autrement dit pour que le challenge soit validé il faut que l'on possède et surtout qu l'on lise des livres en rapport avec au minimum un des menus que voilà : La magie de Noël & La montagne enneigée

Pour ma part j'ai décidé de choisir et valider les deux menus mais surtout petite difficulté supplémentaire de lire 10 livres durant la durée du challenge. Bref trêve de bavardages, voici ma PAL en fonction des menus.

La magie de Noël :





La montagne enneigée :





Et vous alors vous participez ? Vous avez choisi quel menu ? En tout cas bonne chance à vous et place à la meilleure période de l'année <3
 




Résumé : Saë est une jeune alchimiste qui voyage avec ses compagnons à travers le royaume d'Alchimia en utilisant ses pouvoirs pour collecter et protéger la mémoire de son peuple. Mais la guerre éclate avec le royaume voisin, Ifen. La jeune femme est sauvée en pleine tourmente par un jeune soldat ifénien, Idan. Elle l'accueille sur son navire afin qu'il échappe à la mort. 


Avis : Quand j'ai su que Samantha allait sortir un manga, j'avoue que j'étais vraiment sceptique : un manga 100% français, je n'en ai jamais lu et c'est à mon sens une fois de plus un défi relevé pour la jeune auteure et son amie illustratrice. J'ai adoré, en entrant dans le manga on plonge directement dans un univers très fantastique. L'auteure nous laisse un peu prendre nos marques, nous habituer aux lieux, aux personnages avant de trop nous en dévoiler. On est en présence d'alchimistes, des personnes merveilleuses qui peuvent changer beaucoup de choses dans le monde au vu de leurs pouvoirs. Toutefois, les alchimistes sont en danger car ils ne sont pas aimés de tous, ils effraient même le royaume voisin d'Ifen, qui leur fait la guerre. Le but est d'éradiquer les alchimistes pour un monde meilleur. 

 L'histoire est captivante et très bien structurée pour un premier tome, on nous laisse nous poser des questions, nous donner quelques débuts de pistes pour de futures réponses mais on nous laisse aussi sur une fin intrigante qui fait que bien évidemment, on veut en savoir plus. 

A tout cela s’ajoute le coup de crayon de Miya, wahou, il est irrésistible. Miya est la reine des détails, elle ne laisse rien au hasard et c'est déroutant. On ressent les émotions des personnages, on se sent voyager entre deux pages, c'est magique. 
Comme dit plus haut, ce dont j'avais peur, c'est le côté français de la série. Mais les deux jeunes femmes ont su s'adapter et reprendre les codes du shôjo : 
- Le sens de lecture reste japonais (de la droite vers la gauche), un découpage semblable 
- Il y a des scènes de combats - Les émotions sont vraiment mises en avant et on les ressent 
- En bonne romance qui se respecte, on a le triangle amoureux entre le mystérieux et beau ténébreux Idan et le romantique Ethiel. (#teamIdan) 

Bref, je ne sais pas quoi vous dire de plus. C'est une très bonne surprise, une totale réussite, je dirais même et je sais d'ores et déjà que je vais suivre la suite des aventures de Saë, notre petite alchimiste des mots.


Note :  ★★★★☆

 


Résumé : ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS

Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.

MEME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE,
IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Avis : Vous avez sans doute vu passer mon avis sur le premier tome de Phobos, et vous savez donc qu'à la fin de ce premier tome la suite était une évidence, une nécessité. C'est ainsi que je me suis retrouvée à lire la suite et à attendre une fois de plus désespérément la suite. Victor, si tu vois ce message, sache que tes fins sont abominables pour nous lecteurs en attente de suite.

Dans ce second tome, l'histoire reprend pile là où elle s’était arrêtée. On entre donc directement dans le vif du sujet et c'est plutôt agréable, certains petits détails qu'on aurait pu oublier sont remis à disposition mais c'est tout. Ce deuxième tome est tellement riche, mouvementé, interactif, je n'ai pas vu le temps passer, vraiment, c'est un page turner toujours aussi efficace. Les fins de chapitres sont très rythmées, ce qui donne un effet d'accélération au récit. C'est très agréable, on a l'impression de vivre exactement les mêmes situations que les héros.
C'est plaisant de lire un livre et de veiller tard la nuit pour ne pas en perdre une miette. Bon, la panne de lecture après est moins cool mais en même temps, comment se sortir d'une histoire pareille ?

Côté personnages, j’ai adoré encore plus fort Léonor, qui quoiqu'il arrive garde la tête sur les épaules et protège à sa manière les 11 autres candidats. Je pense qu'il faut savoir que dans Phobos, tous les personnages sont importants, ils ont tous un rôle à jouer et ne sont pas là pour combler des vides dans l'histoire. D'ailleurs, est-ce qu'on en parle de Serena McBee, cette vipère là ? Je vous jure que pour moi, elle incarne tout ce qui me répugne, un peu comme Dolores Ombrage dans Harry Potter ! Rah je vous jure, je suis sûre que s'il y a une adaptation cinématographique de Phobos, c'est la même actrice qui sera choisie pour faire Serena 😛

Bref, vraiment, si vous n'avez toujours pas lu Phobos, foncez. C'est déconcertant et plein de bonnes choses.



 

Note :


Résumé : Jessica attendait beaucoup de son année de terminale : indépendance, fêtes à n’en plus finir, … Elle n’avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu ! Soudain, elle découvre que ses parents l’ont adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, quand elle s’appelait encore Anastasia. Et entre sa naissance et son adoption, ses vampires de parents biologiques ont eu l’excellente idée de la fiancer à un prince vampire, qui débarque aujourd’hui aux États-Unis pour récupérer sa promise. Lucius est beau, prévenant, élégant : ça ne fait aucun doute, Jessica va lui tomber dans les bras. Malheureusement, la fiancée en question a d’autres projets et pas la moindre envie de suivre un inconnu en Roumanie, tout prince vampire qu’il soit. En nous racontant ses aventures avec un humour décapant, Jessica nous livre un guide pratique pour se débarrasser d’un vampire amoureux. Mais alors qu’elle invente tous les stratagèmes pour dégoûter Lucius, Jessica pourrait bien se retrouver prise à son propre piège. Prudence, les vampires peuvent se montrer très… persuasifs. 


Avis : Quand j'ai vu le titre de ce roman, j'étais sceptique. Je ne savais pas si j'aimais le côté décalé / provocateur ou si au contraire je détestais ça, et pour vous la faire courte j'ai adoré ça. Beth Fantaskey nous plonge dans son univers dès le départ, au bout de quelques chapitres seulement la trame de l'histoire est bien visible. En effet, dans cette histoire on suit Jessica (Jess), une jeune lycéenne de dix-sept ans qui aime la rationalité et qui ne croit pas le moins du monde à l'existence de bêbêtes surnaturelles. 
Un jour, elle aperçoit un type étrange vêtu d’une cape noire tandis qu’elle attend le bus scolaire. Ce type lui parait d'autant plus étrange quand elle entend ce dernier prononcer son "ancien prénom", autrement dit le prénom qu'avaient choisi ses parents biologiques et non pas adoptifs. Ce type étrange s'appelle Lucius Vladescu et il s'agit un prince vampire qui est venu chercher sa promise (oui, vous avez bien lu). Vous vous en doutez fortement, la vie de lycéenne tranquille de Jess va être un tout petit peu déboussolée. C'est un roman exaltant, on le dévore à la vitesse de la lumière. Jess et Lucius sont deux personnages assez charismatiques et c'est un plaisir de les voir évoluer au fil des pages. 

Du point de vue des personnages, je pense préférer la Jessica du début que celle de la fin de l'histoire. Je ne vous dévoile rien mais personnellement, sur la fin je la trouve plus nunuche qu'au début. Du côté de Lucius, je l'adore du début à la fin peu importe les changements de comportement, je l'aime énormément. 

Pour conclure, je dirais que c'est une histoire très bien amenée, développée et ficelée. Beaucoup de personnes ayant lu le livre ont trouvé des longueurs, mais pour ma part je l'ai dévoré à la vitesse de la lumière et j'aurais même voulu une fin plus longue. C'est un roman qui mêle jeux de séduction et enjeux politiques au travers de vampires qui sortent de l'ordinaire (n'ayez crainte jeunes gens, pas de plagiat de Twilight par ici). 


Note : ★★★★☆
 
Résumé : La Havane, 1948. Chico, jeune pianiste de génie, rêve de se faire une place parmi les grands du jazz. Rita, à la voix sans pareille, fascine tous ceux qui l'entendent et la voient. Au rythme du Cubop, le be-bop sauce Cuba, l'inévitable idylle se noue. Et se complique tandis que leurs carrières s'envolent et que les malices du destin les égarent sur les sentiers de la gloire. De leur île à Manhattan, de Las Vegas à Paris et Hollywood, ils se connaîtront, se reconnaîtront, se perdront de vue, se retrouveront dans un tourbillon d'afro-jazz, la bande-son de ce boléro amoureux couvrant un demi-siècle de chagrins, de luttes et de triomphes... Sous ses airs dansants, lumineux et sexy, Chico & Rita, le roman graphique de Mariscal et Trueba, fidèle écho de leur film animé qui connaît le succès dans le monde entier, aborde des thèmes graves, l'âpreté de la réussite, l'aveuglement des sentiments, les conflits de race, de classe, politiques... 


Avis : C'est en me baladant entre les rayons de ma médiathèque que je suis tombée sur cette BD. La couverture m'a tapé dans l’œil et les planches à l'intérieur n'ont fait qu'appuyé mon envie de découvrir ce Cuba des années 1950. Vous imaginez donc bien ma surprise quand j'ai tapé "Chico & Rita" sur mon moteur de recherche et que j'ai découvert qu'il y a un film animé qui est sortie. C'est à se demander si je vis dans une grotte ou pas, j'vous l'dis moi ! Et puis si vous ne me croyez pas je vous laisse un petit extrait vidéo :p


Au delà de ça j'ai adoré me plonger dans le vieux Cuba, les planches son vraiment colorées avec des dominantes de couleurs selon les émotions. Quand tout est bien les couleurs tirent vers les tons chauds et quand tout dégringole elles ont tendance à devenir froides. Les traits des illustrations sont nets et précis et laisse le soin des détails.




C'est une BD très intéressante de part les sujets qu'elle aborde on commence à voir l'envergure que prend le Jazz, on en apprend plus de choses sur les relations amoureuses de cette époque et d'un point de vue politique la ségrégation et les conflits raciaux sont également présents. Après j'avoue que j'aurais peut-être préféré accorder moins d'importance à la relation de Chico et Rita et un peu plus sur l'arrivée du Jazz et la manière dont les noirs étaient perçus mais bon en 200 pages on ne peut pas tout avoir n'est-ce-pas ?

En tout cas très belle découverte pour ma part que ce soit au niveau des illustrations et de l'histoire, je ressors ravie de cette lecture et je pense visionner le film animé un de ces jours :) 


Note :  ★★★★☆ Une BD colorée qui aborde des thèmes forts, j'adhère.



Résumé : Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement. C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.


Avis : Il y a des livres comme ça, que l'on prend un peu au hasard entre deux rayons et qui nous laissent une trace de leur passage dans nos vies. En attendant Bojangles en fait partie, sans aucun doute.

C'est une histoire tellement surprenante. La femme de Georges change de prénom chaque jour et George quant à lui ment sans cesse pour se donner une autre vision de la réalité. L'histoire est raconté du point de vue de leur enfant à tous les deux ce qui la rend d'autant plus touchante.
C'est un roman qui se lit très vite, non pas parce qu'il ne fait "que" 160 pages, mais parce qu’il est envoûtant, déroutant. C’est un roman à double ton: léger et grave, gai et nostalgique, doux et amer, drôle et  sérieux (oui oui tout ça à la fois).  Au delà de ça on passe un bon moment de lecture du fait qu'il soit parfaitement dosé on n'en sait ni trop, ni pas assez et il est ni trop long , ni trop court. C'est idéal ! 

Ce qui est complètement désarmant avec ce livre c'est que l'amour rime avec la folie. La  femme nous fait sourire et nous fait parfois peur à cause de son côté loufoque et immature à certains moments. Son grain de folie peut-être enivrant comme déstabilisant. Toutefois la force  de ce livre repose clairement dans l’amour. C'est d'ailleurs un sujet important on passe de l’amour d’une mère à son enfant à l'amour d'une épouse envers son mari. C'est d'ailleurs cet amour qui fait que tous les membres de cette famille complètement déjantée acceptent la part d'obscurité qui les guettent. ! Ce livre est unique et l a fin est très belle, très triste aussi. Finalement je ne sais pas si je dois en être heureuse et en sourire ou finalement en être triste et en pleurer. Je vous le recommande chaudement.


Note : ★★★★★ En attendant Bojangles est une pépite littéraire où espoir et folie se font la cours.




Résumé : Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…


Avis : Ce livre m'intrigue depuis sa sortie et pourtant je ne suis pas du tout thriller mais je ne sais pas je trouve que la couverture est mystérieuse et ma curiosité m'a une fois de plus fait défaut. Alors oui forcément quand je l'ai trouvé neuf à 7.00€ chez EasyCash je ne me suis pas fait attendre pour l'acheter et le lire.
Ce n'est un secret pour personne j'adore les livres où différents points de vue s'entremêlent au travers de chapitres bien distincts  et dans ce livre on suit le destin de trois jeunes femmes : Anna, Megan et surtout Rachel personnage clé grâce à qui l'histoire commence.

Rachel prend deux fois le train par jour pour se rendre sur son lieu de travail. Les mêmes trains , aux mêmes horaires, tous les jours.  Tous les jours elle observe la même maison, au même arrêt et y retrouve Jess et Jason ce couple qu'elle ne connait pas mais qu'elle imagine heureux. Malheureusement tout n'est pas si beau puisqu'il arrive un drame à ce couple, qui vu du train, paraît si parfait.

Pour être tout à fait honnête avec vous j'ai trouvé ma lecture terriblement prenante, j'ai lu ce livre en deux jours et dès que je devais pour X ou Y raisons poser mon livre pour faire autre chose je ne pouvais pas m'empêcher de penser à ma lecture, à l'enquête et aux personnages. C'est un thriller très addictif et ça fait vraiment du bien d'être happée par une histoire et des personnages à ce point. Alors après oui rien n'est parfait il ne faut pas non plus oublier qu'il s'agit d'un premier roman et que comme bien souvent dans tous les premiers romans il y a des faux pas. L'écriture déjà n'est pas exceptionnelle, c'est du déjà vu et honnêtement j'ai déjà vu bien mieux.

A côté de ça j'ai adoré l'originalité du roman mais c'est vrai que les révélations sont longues à arriver avec ce triple point de vue. On avance avec un personnage et on recule avec un autre c'est terriblement frustrant ! Après c'est vrai que j'ai eu de grandes difficultés à m'identifier aux personnages et ça m'a grandement perturbé, j'ai ce besoin de m'identifier aux personnages, de me sentir proches d'eux pour apprécier comme il se doit ma lecture. Néanmoins ce contexte original du train, de l'intrusion dans la vie privée rend le roman vraiment particulier et donc inévitablement bon.  Le suspense est bien amené et pour ça je recommande sans aucun doute le roman, surtout qu'il sort très prochainement en poche alors je pense que c'est le moment où jamais de se laisser tenter par l'histoire de ce train :) 


Note : ★★★★☆ Malgré quelques petits défauts j'ai passé un très bon moment de lecture et je ne regrette pas d'avoir lu ce bouquin.
 






Attention

Toute reproduction totale ou partielle des chroniques / articles de ce blog sans autorisation est interdite. Tout droit réservé. 2013 - 2016 ©